≡ Menu,,en,cliquez pour retourner à la maison,,en,Ce site berce la peau sensible classique pour,,en,Thèse,,en,WP,,en,WordPress,,en,Admin,,en

La maladie de Lyme en Alberta – Météo humide augmente le risque

Daniel Fitzgerald ticks in alberta

Université de l'Alberta étudiant diplômé, Daniel Fitzgerald, identifié seize types de tiques dans la province, y compris ceux transportant la maladie de Lyme.

Résidents de l'Alberta devraient être à l'affût des tiques cet été en tant que chercheur canadien de premier plan met en garde contre l'imminence d'un augmentation de la maladie de Lyme en Alberta à la suite de fortes pluies dans la province. Précipitations de printemps était excessive en Alberta cette année et les tiques aimant l'humidité déjà présente dans le climat généralement sec devraient devenir plus fréquents dans les mois à venir.

Le changement climatique rend la maladie de Lyme une cible mouvante comme des lieux que l'habitude d'avoir des étés secs sont de plus en plus humide, donnant tiques des zones plus à appeler à la maison.

Météo Wetter Alberta Augmenter la maladie de Lyme Risques

Le chercheur en question est George Chaconas, un professeur de l'Université de Calgary, qui détient la chaire de recherche du Canada en biologie moléculaire de la maladie de Lyme. Chaconas noter que les tiques peuvent migrer vers des régions éloignées en choisissant les oiseaux migrateurs comme hôtes mais que ces tiques qui voyagent ont tendance à ne pas survivre au climat sec de l'Alberta, jusqu'à maintenant. Une étude récente de cinq ans par l'Université de l'Alberta étudiant diplômé, Daniel Fitzgerald, constaté que seize espèces de tiques étaient présents en Alberta, l'ajout de deux nouveaux habitants pensait auparavant absente dans la province. Ixodes scapularis, la maladie de Lyme porte-tique est l'un des seize trouvé et de l'Alberta a connu vingt-sept cas confirmés de Lyme depuis 1998. Les huit cas l'année dernière a plus que doublé le nombre annuel habituel et beaucoup considèrent ces cas comme des chanceux qui ont été diagnostiqués avec précision.

Déclaration des maladies de Lyme au Canada


La maladie de Lyme n'est pas suivi au niveau fédéral au Canada, contrairement aux États-Unis où la CDC suit les affaires et les pistes tique des zones d'endémie. Les cas confirmés de la maladie de Lyme dans le montant États-Unis à certains 20-30000 par an, bien que la CDC lui-même note que ce n'est probablement qu'une tranche de cas réels que beaucoup passent inaperçus. Refus persistant de la présence de la maladie de Lyme au Canada signifiait que, pendant de nombreuses années, patients du mal à être diagnostiquée et traitée, souvent en déplacement aux États-Unis pour le traitement privé plutôt que. Des rapports récents ont mis en évidence une réticence de la part des médecins canadiens à signaler les cas de maladie de Lyme, bien que les enquêtes de tiques dans les différentes provinces ont confirmé la propagation de l'infection, notamment la démonstration de Alberta problème croissant maladie de Lyme, et le chef du Parti vert fédéral, Elizabeth May, appelle à une politique nationale sur la maladie de Lyme.

Sensibilisation à la maladie de Lyme en Alberta

Les Albertains sont invités à se renseigner sur Symptômes de la maladie de Lyme afin que l'infection peut être repéré tôt et traitée avant que des dommages tissulaires notables ou des complications graves surviennent. Tous les cas de maladie de Lyme développer la caractéristique oeil de boeuf éruption cutanée et de nombreux cas sont rejetés comme la grippe d'été, arthrite, ou même à tort comme la dépression, schizophrénie, et la sclérose en plaques.

george chaconas lyme disease researcher canada alberta ticks

La maladie de Lyme chercheur George Chaconas vise à sensibiliser à l'infection que les tiques se propager à travers l'Alberta.

Les premiers tests pour l'infection sont notoirement peu fiables que les niveaux d'anticorps sont souvent insuffisantes pour générer un résultat positif. Chaconas dit lui-même que les bactéries de la maladie de Lyme, Borrelia burgdorferi, est «très exotique et différente,"Et qu'il est capable de se cacher du système immunitaire, une théorie commune chez les personnes souffrant de maladie de Lyme dont les symptômes persistent même après un traitement antibiotique est censée avoir guéri l'infection.

Éradiquer une zoonose

La présence de souris et les chevreuils dans les villes à travers le Canada sont responsables de la propagation de la maladie de Lyme porteurs de tiques car ils agissent comme un réservoir pour le zoonoses. Chaconas a l'intention de travailler sur un moyen d'éradiquer la maladie chez ces animaux hôtes afin de réduire le risque pour les humains et il dit même: «Si vous pouvez éliminer la maladie chez les souris, puis la maladie disparaît. "D'autres supports de bactéries la maladie de Lyme, tels que les oiseaux, reptiles, et d'autres rongeurs existent, cependant, de sorte génocide souris peut ne pas être la réponse à Chaconas «prédit Épidémie de la maladie de Lyme en Alberta. Rester Lyme alerte apparaît justifiée si, étant donné les excellentes conditions pour les tiques cette année.

{ 4 commentaires… ajouter un }
  • Mary Juillet 7, 2014, 5:59 h

    Yes, I am just another of many who received positive Elisa Lyme tests in Alberta. I asked for this testing only because of multiple very serious health issues. The Western blots came back either equivocal or negative but the IGeneX Western blot came back positive.

    I also tried to get copies of the breakdown of the blood bands in the Western blot tests, but it is not possible to get these from the Canadian lab, even if you go through your doctor. I tried all of this. IGenex sends copies without you even having to ask but the Canadian guidelines suggest hiding them. Even my ID specialist said he had no access to them.

    If Canada is hiding nothing, why are they so reluctant to show people the copy of the actual blood band breakdowns?

    My blood counts are falling, falling, and I have swollen lymph nodes and sore liver. Have had these for ages.

    I was given 2 weeks of Doxycyline100 to treat the above symptoms. The blood count rose and the lymph swelling subsided, but of course after that they rose again.

    My medical records say they are unsure if I have Lyme and that’s the end of the story! No more discussion!

    How would you like to be told you may or may not have syphilis, or you may or may not have TB?

    Is this the best we can expect in Alberta?

    Recently I have been told I have metastatic cancer.
    Right….. Yeah, it will be worth treating that all right, won’t it, when you have a disease that creates constant inflammation.

    Constant bodily inflammation will surely encourage cancer so I don’t see that any kind of chemo or other treatment would help as long as the inflammation will never be addressed. Like many Lyme patients, I am trying to treat myself. When I can afford it, I do get treated by a Lyme specialist, but such specialists are not officially recognized in Canada, so I can only pay for treatment once in awhile.

  • Mary Juillet 7, 2014, 6:12 h

    My oncologist, by the way, stated in my records that I am unaware of the number of false

    POSITIVE

    Lime tests in Alberta. (Spelled Lime).

    When you get those kinds of things put into your records by specialists who are supposed to be informed about things, this makes other doctors not take things seriously too.

    As far as I’m aware, it’s extremely rare to get false positive for three types of Lyme on Elisa tests, plus get false positives on the Western blot. Only in Alberta would this be possible.

    I also asked for testing for Babesia, but the only test they had for that was Malaria. So I got the Malaria testing instead. (There was no test listed for Malaria either. Babesia was the only test listed under that at the time.) They took one blood draw and the results showed that I didn’t have any Malaria-like parasites; then again, they couldn’t tell for sure though because sometimes a few blood draws need to be taken, not too far apart.

    So in Alberta, you can rest assured that the words MAY OR MAY NOT have a disease, or UNSURE if you have a disease, are just fine, and there is no need to investigate further no matter how chronically ill a patient becomes.

    What? Am I upset that I’m dying? Would you be under these circumstances?

    They don’t understand why I don’t want treatment for metastatic cancer but to me, treating the ending diseases versus the causes of the ending disease that will continue to be promoted, somehow makes no sense. They think I’m nuts for fearing Alberta’s medical system but I really do, in multiple and very serious ways.

    I’m not blaming doctors here, because I have heard through the grape vine that doctors are as terrified as scientists are, to speak out on issues that may be killing people. Également, testing for many deadly diseases with clear and obvious symptoms appears highly discouraged, because doctors are taken aside and told their testing costs are too high if they are a certain percentage higher than average.

    En d'autres termes, I fear that the Alberta motto for doctors is, “please don’t test patients for deadly diseases, because if you find them, we will have to treat them, and we can’t afford that sort of thing.”

    Wouldn’t surprise me if this disease mutated into other Malaria/Syphilis/Chikungunya, and many more soon, since it is being encouraged to spread. In a place like Alberta, with very high numbers of MS especially, which is often Lyme misdiagnosed, it wouldn’t surprise me if we actually had a higher number of cases here than in most parts of the world.

Laisser un commentaire